La situation en Ukraine se détériore: analyse.

Shares
Troupes ukrainiennes en mouvement source: liberation.fr
Troupes ukrainiennes en mouvement
source: liberation.fr

Depuis quelques jours, la multiplication des actes de guerre en Ukraine laisse entrevoir la menace d’une guerre totale et semble mettre un terme définitif aux accords de Minsk, signés le 5 Septembre, qui avaient institué un cessez-le-feu entre les belligérants.

 

 

Violent regain de tensions

Séparatistes et forces gouvernementales s’accusent mutuellement du bombardement des quartiers résidentiels de Donetsk, principal fief séparatiste et théâtre des combats les plus violents. Plusieurs bus y ont été bombardés, causant la mort de plus de vingt personnes. Surtout, c’est la prise de l’aéroport de Donetsk par les séparatistes cette semaine qui a entrainé un regain de tension sur tout le « front ». Depuis plusieurs mois, l’aéroport était le théâtre d’une lutte acharnée entre des forces ukrainiennes encerclées et les séparatistes, largement appuyés par la Russie. Enfin, les rebelles semblent avoir lancé une offensive majeure sur Marioupol, dernier grand port de l’Est de l’Ukraine encore aux mains de l’armée gouvernementale, causant la mort de plus de trente civils dans des bombardements.

La guerre comme seule option ?

Bien que les dirigeants Russes et Ukrainiens aient prévu de se réunir dans les jours à venir en compagnie des ministres allemands et français des affaires étrangères, la possibilité d’un accord entre les deux parties semble ténue, dans la mesure où aucune d’entre elles ne semble disposée à négocier sur le fond, ce qui rend tout cessez-le-feu éventuel fragile, à l’instar des accords de Minsk. En déclarant les organisations séparatistes comme entreprises terroristes, le pouvoir Ukrainien a en effet montré qu’il n’était pas prêt à renoncer à sa souveraineté sur l’Est du pays, dont il ne faut pas oublier que c’est une région industrielle d’importance capitale. À Kiev comme à Moscou, les mouvements nationalistes poussent à une intensification des combats. Décidé à ne pas « abandonner » les russophones de l’Est Ukrainien, Vladimir Poutine cherche également, dans sa « guerre hybride », à prendre le contrôle de Marioupol et de sa région, ce qui donnerait à la Russie un accès direct à la Crimée. Du côté de l’ONU, et même si le secrétaire général Ban Ki Moon s’est dit très préoccupé par la situation, tout règlement politique semble écarté dans la mesure où la Russie, qui dispose d’un siège permanent au conseil de sécurité, bloquera tout projet de résolution.

Quelle peut être l’issue des combats ?

Les difficultés que rencontre l’armée Ukrainienne face aux séparatistes s’expliquent en grande partie par le soutien de la Russie, qui leur fournirait de nombreux équipements lourds, comme de l’artillerie et des chars de combat. Logistique, ce soutien serait également humain, puisque selon les services de renseignements Ukrainiens (SBO), environ 7000 soldats russes seraient présents sur le sol du pays. Ainsi, les séparatistes ont à leur disposition un réservoir presque illimité de matériel et le soutien de troupes très entrainées. Certains responsables militaires Ukrainiens reconnaissent d’ailleurs que la situation est mauvaise sur tout le front. Même si l’armée, héritière de la tradition militaire soviétique, défend jusqu’au bout ses positions (la résistance des « Cyborgs » à l’aéroport de Donetsk en est le symbole), elle subit également de lourdes pertes. Cependant, l’armée Ukrainienne a déjà montré sa résilience dans le passé et sa capacité à faire face, comme lors de la reprise de Sloviansk. À ce stade donc, difficile de savoir quelle sera l’issue du conflit mais il semble hautement probable que la situation continue de se détériorer.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *