Des forces rwandaises aux portes du Congo-Kinshasa ?

Shares

La déclaration du Président de la République Démocratique du Congo (RDC) aurait de quoi étonner : il vient d’accuser publiquement le Rwanda de soutenir des rebelles aux portes de la RDC. Bluff ou vraie menace ?

Historiquement, c’est un euphémisme que de déclarer que la RDC et le Rwanda entretiennent de bien mauvaises relations. Ces vingt dernières années, outre le génocide ayant sévi au Rwanda (et dans lequel le Zaïre –qui devint la RDC en 1997- n’a joué qu’un rôle secondaire), c’est surtout la guerre civile ayant sévi en RDC en 1998 qui a largement accru les tensions entre les deux pays. En effet, déjà, le père du Président actuel, Laurent Kabila, avait accusé son homologue rwandais (et toujours en place Paul Kagamé) de soutenir les rebelles congolais à l’est du pays. Résultat, une guerre civile terrible, et un conflit qui a été le plus meurtrier depuis la Seconde guerre mondiale.

Depuis, la RDC n’est guère pacifiée. Le pouvoir central fait toujours face à une intense rébellion dans la région du Nord-Kivu, à l’est du pays, les rebelles voulant un meilleur partage des richesses et un accès aux matières premières. Et comme tout conflit, certains acteurs étrangers tentent toujours d’interférer dans un conflit à l‘origine purement national. Ainsi, un rapport de l’ONU vient d’affirmer que le Rwanda a armé une partie des rebelles congolais, ce que réfute Kagamé. Des rumeurs font également état de la participation active de l’Etat ougandais dans le conflit.

Le Rwanda, bon élève depuis le génocide de 1994, repris par ses vieux démons ?

On ne possède pas d’informations suffisantes pour dire qui dit vrai entre tous ces acteurs. La situation est beaucoup trop complexe pour être affirmatif, mais, comme très souvent, on ne prend pas de risques en affirmant qu’aucune des parties n’est entièrement innocente.

Parmi elles, le Rwanda est un cas très intéressant. En effet, depuis 1994, les pays occidentaux ont érigé le Rwanda comme un modèle pour tous les pays « de la diagonale de la guerre » (de l’Erythrée à l’Angola). Le Rwanda a réussi à obtenir ce qu’érigent en modèle les théoriciens du développement : croissance rapide, réduction de la pauvreté et des inégalités. Certes, malgré des fléaux inévitables (opposants assassinés, démocratie à l’arrêt), les investisseurs étrangers se sont massivement placés dans un pays au potentiel supérieur à celui de ses voisins.

C’était sans oublier la dépendance énorme du Rwanda vis-à-vis de ses prêteurs. Ainsi, dès lors que les actes politiques quittent le chemin du « politiquement correct » occidental, la sanction est directe. Le Rwanda de Kagame est ainsi privé de financements depuis quelques temps déjà. Mais quels pays dans le monde peuvent se targuer d’avoir émergé économiquement dans le pur respect des théories politiques occidentales ? Personne, pas même ceux qui les ont créées et les pensent universelles !

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *