Tunisie : un Prix Nobel de la Paix pour renouer avec l’optimisme ?

Shares

Le Prix Nobel de la Paix 2015 a été décerné au Quartet du dialogue national tunisien le vendredi 9 octobre. Grande première historique pour la Tunisie : aucun ressortissant ou organisme n’avait reçu cette récompense. C’est une belle reconnaissance pour un pays qui parvient petit à petit à retrouver une certaine stabilité. Après une année violente et lourde de conséquences, c’est aussi une bouffée d’air frais pour le peuple tunisien.

Qu’est-ce que le Quartet du dialogue national ?

Le Quartet du dialogue national est composé de quatre organisations tunisiennes, issues de la société civile :

  • L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) ;
  • L’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat ;
  • Le Conseil de l’Ordre national des avocats de Tunisie ;
  • La Ligue tunisienne des droits de l’homme.
Les représentants de chaque organisme du Quartet du Dialogue National avec le Ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, le 16 octobre 2015.
Les représentants de chaque organisme du Quartet du Dialogue National avec le Ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, le 16 octobre 2015.

Le Comité Nobel a reconnu leur « contribution décisive à la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie à la suite de la Révolution de Jasmin en 2011 ». Ces quatre groupes ont en effet œuvré très tôt pour permettre une transition démocratique aussi paisible que possible. Tout a débuté le 17 septembre 2013, quand le quatuor a rendu publique son initiative, impulsée par l’UGTT, à la suite de l’assassinat de Mohamed Brahmi en juillet 2013. Ils sont parvenus à unir les partis politiques pour atteindre un objectif commun : la transition démocratique, et la stabilité pour le pays. Leur travail de longue haleine a finalement abouti à l’adoption d’une nouvelle Constitution le 26 janvier 2014.

Le choix du Comité Nobel a largement été salué par les personnalités politiques. Un mot est revenu plusieurs fois dans les messages de félicitations : modèle. Par exemple, Federica Mogherini (Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères) a qualifié la Tunisie de « modèle pour résoudre les crises dans la région ». De par ses larges réformes, la Tunisie fait en effet figure d’exception parmi les pays qui se sont éveillés durant le Printemps arabe. Ceci a notamment été rendu possible par le travail du Quartet du dialogue national. Il semble donc légitime qu’ils aient reçu le Prix Nobel de la Paix, et qu’ils aient devancé les « favoris » dont les noms circulaient depuis quelques jours : Angela Merkel, ou encore John Kerry.

Ce Prix Nobel de la Paix ne peut être que bénéfique pour un pays meurtri par des attaques terroristes, et dont l’économie est en perte de vitesse.

En janvier, Les Yeux Du Monde se demandaient si l’année 2015 serait celle d’un nouveau souffle pour la Tunisie. La société internationale plaçait beaucoup d’espoir dans le pays, qui venait d’élire son nouveau Président, Béji Caïd Essebsi. La transition démocratique était actée d’un point de vue institutionnel. Pourtant, déjà, nous avions souligné la problématique sécuritaire. Cette inquiétude au sujet de la progression de l’extrémisme dans le pays a notamment été confirmée par deux attentats. Le premier a eu lieu au Musée national du Bardo à Tunis, le 18 mars. Quant au deuxième, il est survenu sur la plage de la station balnéaire de Port El-Kantaoui, près de Sousse. Les deux attaques ont été revendiquées par l’Etat islamique. Cela a eu de lourdes conséquences économiques pour le pays, dont le principal moteur est le tourisme. La Ministre du Tourisme avait estimé que l’attentat de Sousse pourrait avoir un impact économique de 450 millions d’euros.

Ce Prix Nobel sera-t-il suffisant pour permettre au peuple tunisien de renouer avec l’optimisme ? Les touristes ne vont sans doute pas se ruer en Tunisie,  grâce à la décision du Comité Nobel. Mais il s’agit quand même d’une récompense internationale, qui donne une très belle image du pays dans le monde. De plus, cette reconnaissance de l’exception tunisienne a certainement donné du baume au cœur au peuple de Tunisie. Ce dernier ne veut pas être assimilé uniquement à des attaques terroristes.

En somme, le Prix Nobel de la Paix ne réglera pas tout. Le gouvernement a encore beaucoup à faire pour apaiser la société, et pour surmonter ces épreuves. Mais c’est sans doute la deuxième opportunité d’un « souffle nouveau » que Les Yeux Du Monde espéraient pour la Tunisie en début d’année.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.