Etats-Unis et Chine s’affrontent sur fond de « guerre commerciale » à l’OMC

Shares

Ce vendredi 28 septembre, se sont ouvertes les hostilités entre américains et chinois à l’OMC, à Genève. Les deux camps s’accusent mutuellement de trop user de politiques protectionnistes afin de protéger leurs industries nationales au détriment du libre commerce.

Washington et Pékin ont ouvert un nouveau front dans la « guerre commerciale » qui les opposent et qu’ils mènent à l’OMC. Autant les Etats-Unis comme la Chine ont profité d’une réunion de l’Organe des Résolutions des Différents (OSD) pour réclamer qu’un panel d’experts se penche un peu plus sur leur cas respectif.

Les accusations proférées font donc état de politiques protectionnistes abusives pour protéger leur économie : subventions, tarifs douaniers et anti-dumping ainsi que des mesures compensatoires pour soutenir ses producteurs. Les deux Etats avaient annoncé il y a dix jours qu’ils entreprendraient de nouvelles démarches à l’OMC, à un moment où les deux puissances doivent affirmer leur puissance et leur fermeté politique alors que se rapprochent à grand pas à la fois les élections présidentielles américaines mais aussi le Congrès du Parti Communiste chinois.

Pékin a donc accusé Washington de freiner les importations d’un large éventail de producteurs asiatiques, grâce aux mesures protectionnistes citées ci-haut. Ce sont 62 biens et marchandises que la Chine considère affectés par les mesures américaines L’administration américaine a, quant à elle, reproché des faits plus ou moins identiques aux chinois.

La plainte aura en tout cas été bénéfique pour un homme : Barack Obama.

Sur fond de conflit économique entre les deux grands rivaux commerciaux, Barack Obama a profité de l’occasion pour clarifier ses positions sur la Chine. Souvent accusé par les républicains d’être trop « flexible » avec les chinois, Barack Obama a ainsi capitalisé la plainte chinoise en se montrant ferme face à l’accusation chinoise lors d’un discours dans l’Ohio, état déterminant pour garantir sa réélection.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *