Contrôle des armes aux Etats-Unis : mieux que rien mais pas tellement plus

Shares

Ce 11 avril, le Sénat américain doit voter sur un projet de renforcement du contrôle des armes à feux. Le contexte dans lequel est présenté ce texte est tendu, d’autant plus qu’il risque bien de fâcher tout le monde.

En effet, la première critique qui peut être adressée à ce texte est d’avoir été vidé de sa substance par l’opposition républicaine qui ne voulait pas entendre parler d’une interdiction des armes d’assaut. Ceci risque bien de mécontenter les partisans d’un minimum de sérieux en la matière. Mais le pire est que le texte, même en considérant cet abandon, n’est pas certain de passer. En effet, la partie restante, et votée par la chambre des représentants le 10 avril dernier, propose de renforcer le contrôle à l’achat des arme, et est donc susceptible d’être retoquée par l’aile la plus conservatrice des républicains.

Concrètement le projet déposé par le démocrate Joe Manchin et son confrère républicain Pat Toomey propose de rendre obligatoire les vérifications psychiatriques et de casiers judiciaires des acheteurs d’armes en vente « commerciale ». Les acheteurs devront donc être contrôlés même si la vente ne se fait pas dans une armurerie. Effectivement, cela peut paraître surprenant mais ces vérifications ne sont actuellement obligatoires que pour les professionnels. Le reste dépend de chaque Etat et dans nombre d’entre eux vous pouvez acheter des armes à des revendeurs, sur internet, ou sur des foires sans aucun contrôle. Le projet de loi continue d’ailleurs de fermer les yeux sur les transferts d’armes de particulier à particulier.

Sans compter que dans le contexte actuel de réduction automatique des dépenses publiques due à l’absence d’accord entre républicains et démocrates sur la question budgétaire, le budget de contrôle des armes est affecté lui aussi et les contrôles seront de moins en moins fréquents.

Ce « background check » a tout de même de grandes chances de passer, étant soutenu par 90% des américains.

Mais en coulisse la NRA entend bien montrer qu’elle n’en restera pas là. D’autant plus qu’elle est poussée sur sa droite par une autre organisation : Gun Owners of America, créée en 1975 en réponse à la loi fédérale sur le contrôle des armes à feu de 1968. La GOA trouve la NRA trop timorée et milite pour l’autorisation totale du port d’arme en tous lieux et souhaiterai supprimer les zones pacifiées existantes, notamment dans et autour des écoles. L’organisation effectue un intense lobbying auprès des parlementaires pour faire échouer le projet de loi et se développe peu à peu.

Mais c’est dans la mentalité générale que l’on peut voir le principal souci : en 1959, 60% des Américains étaient favorables à une interdiction des armes de poing. Ils ne sont aujourd’hui plus que 26% à le vouloir. Que la loi passe ou non, les lobbyistes des armes à feu ont déjà une longueur d’avance.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.