Les JMJ à Rio, nouveau souffle pour l’Eglise

Shares

Alors que se terminent en apothéose les premières Journées Mondiales de la Jeunesse du Pape François à Rio de Janeiro, l’Eglise catholique est en perte de vitesse croissante dans la région traditionnellement acquise à sa cause : l’Europe. Toutefois, forte d’environ un milliard de fidèles à travers le monde, le Vatican veut se donner un second souffle à l’heure où les valeurs qu’elle défend sont battues en brèches dans des sociétés de plus en plus sécularisées.

Viva il Papa ! C’est toujours une rengaine qui résonne très fort lors des déplacements du Pape, acclamé par les fidèles, et a fortiori lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, temps fort de la vie des jeunes catholiques intervenant régulièrement tous les deux ou trois ans depuis leur création en 1984 par le Pape Jean-Paul II. Cette exclamation, scandée par plusieurs millions de personnes, démontre à elle seule l’autorité immanente de la figure du Pape.

Cette autorité et celle de l’Eglise est, cependant, remise en question, parfois violemment, par des laïcs qui assimilent les catholiques à des ringards conservateurs, pour ne pas dire intégristes, qui entraveraient la marche en avant de la société. D’un autre côté, certains fidèles, déçus peut-être par l’enseignement ou la structure de l’Eglise préfèrent se tourner vers des cultes plus locaux voire des sectes. Quelle que soit la raison, le constat est le même, l’Eglise est en perte de vitesse et ceux, depuis le « tournant de la rigueur » imprimé par Benoît XVI. Celui-ci a prêché pour un retour aux fondamentaux, aux valeurs traditionnelles de l’Eglise. Toutefois, sa papauté a été émaillée de plusieurs scandales au sein d’internats qui ont achevé de dégoûter certains fidèles.

Afin d’enrayer cette dynamique, l’Eglise passe à l’offensive et quelle meilleure tribune que les JMJ, l’avenir mondial du catholicisme ! Exhortant ses troupes à « être les constructeurs d’une Eglise plus belle et d’un monde meilleur », le Pape François veut redonner un nouveau souffle à son institution deux fois millénaire qu’il souhaite plus proche des gens, en phase avec les préoccupations contemporaines. En tant que premier catholique, il a surtout montré l’exemple lors de ces JMJ en allant aisément à la rencontre des fidèles, ce qui concrétise son image d’un homme proche du peuple et qui se dévoue pour les plus petits que lui. En se déplaçant dans une favela ou encore en rencontrant des détenus, il a réaffirmé le rôle social joué par l’Eglise catholique qui, selon lui, doit retrouver une place centrale dans l’action de chaque catholique au quotidien.

« Je veux de la pagaille ! »

Ce Pape est véritablement atypique et a immédiatement remporté l’adhésion des jeunes ce qui promet un engouement global. Toutefois, il a aussi prêché le droit « d’être en contradiction avec le monde ». Comprenez en clair : les valeurs de l’Eglise ne sont pas prêtes de bouger. Exit donc les avancées souhaitées par certains sur la contraception, l’avortement ou encore le sacerdoce des femmes (même s’il a demandé que soit promu « le rôle des femmes dans la communauté ecclésiale »). Mais est-ce vraiment surprenant ? Une institution vieille de 2000 ans et forte d’un milliard de fidèles ne peut-être n’a pas vocation à se réinventer une doctrine au gré des mutations de la société. En revanche, si le cadeau reste relativement inchangé, le paquet, lui, se veut de plus en plus beau et agréable au toucher, ce qui constitue en soi une petite révolution par rapport au style du prédécesseur de François. En somme, le poids du Vatican dans les relations internationales n’est pas prêt de céder du terrain d’autant que si l’Eglise est en perte de vitesse sur le Vieux Continent, elle semble se tourner résolument vers les pays en développement qui constituent les forces vives des catholiques pour les décennies à venir. Gageons qu’après Cracovie en 2016, clin d’œil à Jean-Paul II qui devrait être canonisé en fin d’année par François, la prochaine destination des JMJ sera l’Afrique avec, là encore, l’ambition de rayonner sur tout un continent qui s’éveille très rapidement.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.