Les Jeux Paralympiques de Rio au centre des débats

Shares

Dans deux jours s’ouvriront les quinzièmes Jeux Paralympiques d’été à Rio sur fond de polémique budgétaire et de lutte anti-dopage.

Les Jeux Paralympiques naissent en 1948 par l’intermédiaire de Sir Ludwig Guttman. Ce neurologue allemand, installé dans un hôpital militaire à Stoke Mandeville, près de Londres, développe l’idée d’une confrontation sportive entre ses patients paraplégiques, vétérans de la Seconde Guerre mondiale, afin d’aider à leur rétablissement. Désigné sous l’appellation « Jeux Internationaux de Stoke Mandeville » dans un premier temps, l’évènement prend le nom de « Jeux Paralympiques » en 1960, à Rome. Un Comité International Paralympique, équivalent du CIO, est créé en 1989 et installé à Bonn dix ans plus tard, pour diriger le mouvement paralympique.

Du 7 au 18 septembre 2016, se tiendront les Jeux Paralympiques de Rio, dont l’organisation est très agitée en amont, et devant une affluence très incertaine malgré la mise en vente de places à 3 euros.
Du 7 au 18 septembre 2016, se tiendront les Jeux Paralympiques de Rio, dont l’organisation est très agitée en amont, et devant une affluence très incertaine malgré la mise en vente de places à 3 euros.

 La bonne tenue des Jeux menacée par les coupes budgétaires

A Rio, les désillusions et les problèmes s’enchaînent alors même que l’évènement n’a pas commencé. Menacés de suppression pour raison budgétaire, les Jeux Paralympiques se tiendront finalement grâce à l’aide financière du CIO et du CIP. Cependant, l’absence cruelle de moyens amène à penser que ces Jeux sont presque sacrifiés. « Jamais en 56 ans d’histoire de Jeux Paralympiques, nous avons été confrontés à des circonstances comme celles-là », a confié le président du Comité International Paralympique, Sir Philipp Craven. Outre l’état de saleté des lieux de vie réservés aux athlètes paralympiques, plus de dix comités paralympiques nationaux sont pour le moment dans l’incapacité de se déplacer en raison de l’absence du versement des subventions de voyage et d’aide à la mobilité. Par ailleurs, les cérémonies d’ouverture et de clôture de ces Jeux ont été allégées, plusieurs épreuves ont été relocalisées en catastrophe au Parc Olympique pour limiter les déplacements, des dizaines de fêtes ont été annulées, plusieurs écrans géants enlevés et près de 2000 membres du personnel remerciés. Ces coupes de budget sont l’œuvre de l’organisation Rio 2016, qui s’est allègrement servi dans le budget commun aux Jeux Olympiques et Paralympiques, pour permettre aux Jeux Olympiques de se tenir dans leur forme prévue initialement.

 Des Jeux Paralympiques de Rio plus géopolitiques que les Jeux Olympiques ?

Il semblerait bien que c’est le cas. Si les Jeux Olympiques de Rio ont été, relativement aux précédents, peu géopolitiques, les Jeux Paralympiques de Rio, eux, se feront bel et bien sans athlètes russes. En effet, si le CIO et le CIP sont liés par de nombreux accords, ils demeurent autonomes l’un vis-à-vis de l’autre. Suite au rapport McLaren, commandé par l’Agence Mondiale Antidopage et publié le 18 juillet 2016, une vaste opération de dopage étatique en Russie a été mise en lumière. L’exclusion d’un comité national (olympique ou paralympique) pour dopage est une première dans l’histoire. Récemment, seuls les cas d’interférence d’un Etat dans le mouvement sportif du pays avaient provoqué pareille sanction (exclusion de l’Irak pour les Jeux de Pékin en 2008). Cette décision est d’autant plus ferme que le CIP, appuyé par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), a refusé la demande de certains athlètes de participer sous bannière neutre. Une décision que le CIP a qualifié de « vitale » pour l’ « intégrité et la crédibilité du sport paralympique » (1) qui doit être une « source d’inspiration ». Par ailleurs, dans son désir de défendre des valeurs d’exemplarité et d’universalisme, le CIP a autorisé, au début du mois d’août, une équipe de deux réfugiés à concourir sous le titre d’ « Athlètes paralympiques indépendants ».

A l’heure où les grandes télévisions mondiales, à l’image de NBC et de France Télévision, promettent une couverture médiatique historique des Jeux Paralympiques, et alors que le nombre d’athlètes participants continue de croître d’olympiade en olympiade, le Comité International Paralympique a décidé de frapper fort. Alors que l’organisation brésilienne semble avoir peu de considération pour les athlètes paralympiques, le CIP a prouvé qu’il était une organisation géopolitique de tout premier plan.

 

(1) https://www.paralympic.org/news/ipc-suspends-russian-paralympic-committee-immediate-effect

Shares

Marc GERARD

Ancien élève de CPGE B/L au Lycée Montaigne, Marc Gérard est diplômé d'un master en Histoire des mondes modernes et contemporains, certifié et enseignant en Histoire-Géographie. Il est rédacteur pour Les Yeux du Monde depuis janvier 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *