La Russie brade-t-elle ses bijoux de famille ?

Shares

En situation de crise il n’y a pas 36 manières d’agir pour réduire les déficit : accroître les recettes ou diminuer les dépenses. C’est la première solution qu’a choisie la Russie, du moins sur le court terme…

En effet, le gouvernement a annoncé mercredi 27 juillet, le projet de privatisation partielle d’une dizaine de grandes entreprises d’Etat dont les modalités seront connues cet automne. Selon le ministère du développement économique, le plan devrait rapporter au Trésor russe 7,6 milliards d’euros dès l’année prochaine, pour un total de 22,4 milliards d’euros à la fin du processus en 2013. Ce sont près de onze entreprises qui devraient être en partie privatisées dans le secteur du pétrole, des transports ou de la banque.

L’objectif officiel du plan est d’utiliser les sommes ainsi dégagées pour ramener le déficit budgétaire du pays, estimé à 5% pour l’année en cours, à 4% en 2011, 3% en 2012 et 2% l’année suivante. Mardi, le ministre des finances, Alexeï Koudrine, annonçait que l’objectif du gouvernement russe était de retrouver un budget équilibré à compter de l’année fiscale 2015. Les marchés boursiers ont bien accueilli l’annonce de cette vague prochaine de privatisations, la première depuis l’entrée en Bourse de la banque VTB, en 2007. Cependant la participation des investisseurs privés ne devrait pas dépasser les 30% du capital, l’Etat souhaitant conserver son contrôle sur ces entreprises stratégiques.

Un projet d’autant mieux lancé qu’il est nécessaire pour réduire un déficit budgétaire né de la crise économique et de la baisse du prix des ressources naturelles, notamment du gaz et du pétrole. En effet, l’Etat ne peut se permettre d’accentuer la pression fiscale sur les couches populaires, qui n’ont déjà pas grand chose, et refuse de l’accroître pour les classes aisées. Sa principale source de revenus à l’étranger (les matières premières) baissant, il ne lui reste qu’à économiser ou à vendre ce qu’il lui reste.

Ce qu’il lui reste, car le pays a déjà subit une énorme vague de privatisation tout azimut en 1990 avec la thérapie de choc menée par l’économiste américain Jeffrey Sachs. Vente qui a surtout profité aux classes aisées formant ainsi des oligarchies et spoliant les classes populaires. Couplée à une libération des prix (qui sont montés en flèche en entraînant une inflation galopante) ainsi qu’à une criminalité virulente (affrontements à l’arme de guerre dans les rues) cette période n’a pas vraiment laissé un bon souvenir dans la mémoire collective russe.

De plus, la presse économique s’inquiète de la vente “au rabais” des parts de ces géants de l’économie nationale. Le quotidien des affaires Vedomosti estime ainsi à 40 milliards d’euros la valeur réelle des actifs potentiellement mis en vente pour les seules entreprises du domaine de l’énergie, et s’interrogeait sur l’origine des investisseurs intéressés par une éventuelle participation dans ces grands groupes d’Etat. Il espérait que les appels d’offres soient « honnêtes et ouvert à tous, notamment aux investisseurs étrangers », si l’opération devait imiter les privatisations de 1990, autant prêcher dans le désert.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *