Home / Un peu d'histoire / Analyses / La déflation japonaise

La déflation japonaise

 

Après le miracle économique que le Japon connut suite à la Seconde Guerre mondiale, c’est une crise sans fin qui frappe la puissance nippone depuis 1990, alimentée par la spirale déflationniste.

Déflation japonaiseAux prémices de cette crise, il y a les accords du Plazza (1985), qui entérinèrent l’intervention du G5 sur le marché des changes pour déprécier le cours du dollar, provoquant une forte appréciation du yen, qui apparaît plus fiable (+90% par rapport au dollars entre 1985 et 1988). Face à cette monnaie forte, et aux effets récessifs qu’elle entraine, la banque centrale japonaise diminue des taux d’intérêt, facilitant l’accès au crédit, et alimentant ipso facto une double bulle spéculative, immobilière et financière : ainsi, entre 1985 et 1989, la capitalisation boursière à Tokyo (nikkeï) et le prix des terrains des six plus grandes villes du pays sont multipliés par trois.

Cette bulle éclate en 1990, et comme la FED en 1929, la BoJ (Bank of Japan) réagit trop tard. Le mal est fait, et la crise financière ébranle le pays. L’importance des créances douteuses dans le bilan des banques est révélée, ce qui enclenche un double mécanisme fatal pour le pays : le credit crunch et la déflation par la dette (car l’objectif des entreprises est le désendettement et l’assainissement de leur bilan). Les politiques contra cycliques classiques mises en place sont inefficaces et ne font que gonfler le déficit public : la politique budgétaire ne parvient pas à se substituer au secteur privé, tandis que la politique monétaire de taux faible a atteint sa limite, alors que les taux d’intérêt frôlent les 0%. De plus, de nombreux chocs conjoncturels n’arrangent rien : le tremblement de terre de Kode et les attentats dans le métro japonais (1995), ainsi que la crise asiatique (1997) puis américaine (2001). Entretemps, la déflation s’est installée, les agents s’y sont habitué, ce qui l’a rendue plus difficile à éradiquer.

En 2001, le gouvernement, avec Tekanaka, ministre des finances, décide enfin d’une restructuration du système bancaire. Il procède au rachat des créances douteuses, dont la valeur passe de 8,4% du PIB en 2002 à 1,8% en 2006 (politique de « détente quantitative »). Le Japon sort ainsi de la déflation en 2006, mais y replonge en 2009, victime de la récession mondiale. Mais indépendamment de cela, il s’agit également de la crise du modèle de croissance japonais, bâtit sur une politique industrielle active, portée par les grandes entreprises et un Etat fort, dans un pays peu ouvert, très nationaliste. Les reformes structurelles sont incontournables pour accompagner l’ouverture du pays.

Depuis son investiture il y a un an, le premier ministre Shinzo Abe a fait de la fin de la déflation et du retour de la croissance sa cible. Ses reformes sont inédites – dérégulations, libéralisation, intégration des femmes, etc. – et combatives – dépréciation de sa monnaie – mais prendront surement du temps à faire effet, d’autant que les défis sont encore nombreux : dette publique record de 245% du PIB en 2013, vieillissement de la population inquiétant, dépendance aux matières premières, etc. Cette crise a au moins le mérite d’apporter un enseignement capital sur la ligne de conduite à adopter en cas de crise similaire : sauver le système bancaire et éviter à tout prix la déflation.

About Florian GIRAUD

Etudiant en première année à HEC Paris après des classes préparatoires au Lycée Saint Jean de Douai et ancien élève du Lycée Français de New York, je suis rédacteur pour les Yeux du Monde depuis novembre 2013.

Check Also

La démocratie avortée en Russie (1917)

 Avec la Révolution de Février (mars selon le calendrier grégorien), les libéraux arrivent au pouvoir, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.