Home / Un peu d'histoire / Analyses / Le club de Rome (1968) et le rapport Meadows (1972)

Le club de Rome (1968) et le rapport Meadows (1972)

 
Logo du club de Rome, véritable think-tank international avant l'heure
Logo du club de Rome, véritable think-tank international avant l’heure

Le club de Rome est un groupe de réflexion (un « think-tank » avant l’heure) réunissant scientifiques, écologistes, universitaires, écologistes, qui a été crée en 1968. La visée est claire : identifier et analyser ce qui est la cause d’une certaine instabilité régnante et des grands problèmes mondiaux, sans distinction de pays, d’écarts de richesse, de développement, etc. Bref c’est engager tous ceux qui le souhaitent dans des débats, qui s’orientent principalement au départ sur les thèmes écologistes. Après ces débats, la deuxième volonté du club est de communiquer ces grands problèmes au grand public  tout comme aux grands leaders du monde.

Son premier fait d’armes s’avère être le rapport qu’il a émis en 1972, sous le nom de Rapport Meadows (Donella et Dennis Meadows étaient en effet les deux principaux auteurs). Le titre était sans équivoque : Limits to growth (traduit par « Halte à la croissance ? »). Pour beaucoup, ce rapport est le fondement de la pensée écologiste moderne, puisque ses auteurs arguent d’un danger pour la planète, celui d’une croissance économique exceptionnelle, aux dépens de l’environnement ou de ce que G.H Brundtland appellera plus tard le « développement durable ». Douze millions d’exemplaires du rapport ont été vendus, ce qui légitime, toutes proportions gardées, l’appellation de « Bible de l’écologisme ». Beaucoup ont réduit le rapport à l’introduction du terme de « croissance zéro » alors que celui-ci n’est mentionné nulle part. En tout cas, le rapport insiste sur le fait que la croissance économique ne pourrait indéfiniment se poursuivre, à cause des disponibilités limitées des ressources naturelles, notamment pétrolières. Les chocs de 1973 et de 1979 ont, un temps, rendu plausible cette thèse. Néanmoins, quarante ans après ce rapport, on peut constater que certaines des prédictions s’étaient avérées trop alarmistes. Il est donc bien plus resté dans la postérité comme un premier avertissement lancé aux possibles dérives humaines que comme un programme politique « écologique » à suivre absolument.

Le club de Rome, durant les années quatre-vingts, a étendu ses recherches aux domaines de l’éducation, de l’assurance sociale, et même celui de la fracture numérique. L’influence du club s’est néanmoins réduite durant ces années, puisque les perceptions ont évolué avec l’idée selon laquelle les problèmes mondiaux seraient résolus grâce à la « magie du marché ». La concurrence d’autres organismes a également nui à l’influence du club. Néanmoins, au début de notre siècle, les conséquences du changement climatique et d’une forte utilisation des ressources naturelles ont remis au goût du jour le rapport Meadows. Gageons que le nouveau programme lancé en 2008 A new path for world development (« un nouveau chemin pour le développement mondial ») ait la même influence que le rapport Meadows à son époque…

About Alexandre LIEBERMANN

Diplômé d'HEC Paris en 2014, actuellement économiste au sein d'un grand groupe pétrolier mondial. Coprésident de l'Association Les Yeux du Monde

Check Also

Le long crépuscule du Maroc français au XXe siècle

 Admiratif et nostalgique d’un pays dont il fut Résident Général comme en témoigne la salle …

3 comments

  1. Y a-t-il une relation entre le groupe de Rome et le GIEC ( Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat)? merci

    • Alexandre LIEBERMANN

      Bonsoir Wahib,
      je n'ai à ma connaissance aucun lien possible entre le Club de Rome et le GIEC. Certes, les deux sont constitués de scientifiques qui défendent peu ou prou les mêmes thèses (réchauffement climatique). Mais il est clair qu’aujourd’hui le GIEC est un lobbie bien plus influent que le club de Rome.

  2. Bonjour, Avez-vous considéré les articles récents de Graham Turner (Univ. de Melbourne) qui montre que malgré des divergences les prédictions du modèle World3 de Meadows et al. son très proches de la sortie de leur scénario « Standard Run » = Business as Usual?
    Vous concluez que les prédictions de Meadows étaient trop alarmistes. Est-ce vraiment le cas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.