Intelligence artificielle : la compétition mondiale est lancée - Les Yeux du Monde

Intelligence artificielle : la compétition mondiale est lancée

En seulement quelques années, l’intelligence artificielle (IA) s’est imposée comme un enjeu stratégique impératif pour les grandes puissances. Les Etats-Unis, la Chine et l’Europe multiplie les initiatives. Les multinationales ne sont pas en reste et investissent massivement dans la recherche. Ces avancées technologiques sont à l’origine de phénomènes nouveaux tels que la cyber-colonisation.

Intelligence artificielle
L’encadrement des technologies de l’IA sera crucial pour leur développement futur.

Dans le domaine de l’IA, les Etats-Unis et la Chine s’affrontent pour obtenir le rôle de leader. Cette rivalité est illustrée par la décision américaine, en 2017, de lancer une enquête contre Pékin. Les accusations se portent sur des pratiques commerciales déloyales en matière de propriété intellectuelle, particulièrement dans le domaine technologique. Si Washington domine largement le marché de l’IA, les investissements chinois augmentent d’année en année. De plus, en 2017, le gouvernement chinois a fait vœu de devenir le leader mondial de l’IA d’ici à 2030. Ces ambitions affichées ont poussé le président Donald Trump à signer, en février dernier, un décret présidentiel encourageant la recherche technologique.

Dans cette course à l’IA, l’Europe fait figure de retardataire. En effet, les gouvernements européens ont lancé des initiatives individuelles, qui, bien qu’innovantes, ne parviennent pas à rivaliser avec la taille des programmes chinois et américain. Pour pallier cet écueil, la Commission Européenne a présenté, en décembre 2018, un plan coordonné avec l’objectif d’investir 1,5 milliards d’euros d’ici à 2020.

Le champ de l’IA est également massivement investi par le secteur privé. Les GAFAM américains et les BATX chinois, qui représentent les entreprises du numérique les plus dynamiques des deux puissances, dépensent des sommes astronomiques dans le développement de nouveaux projets. Certains pourvoyeurs dénoncent un monopole inquiétant et de potentiels dérives quant à l’utilisation des données recueillies. Cédric Villani, le député en charge de l’IA en France, est allé jusqu’à parler de « cyber-colonisation » en Afrique, où les géants technologiques captent des ressources sans les réinvestir à l’échelle locale.

L’utilisation de ces nouvelles technologies pose parfois des problèmes éthiques. Ainsi, dans le cadre de son programme de notation de la population, la Chine a créé un logiciel de reconnaissance faciale qui scrute les visages de milliards de passants. Plus préoccupant encore, Pékin exporte ses inventions. Elles sont tout particulièrement appréciées des dirigeants autocratiques. Parmi d’autres, le Zimbabwe a joué le rôle de terrain d’essai pour ce logiciel de surveillance.

Les technologies de l’IA ont connu une émergence fulgurante et leurs usages demeurent encore peu encadrés. La compétition mondiale engendrée par ces innovations pourrait accélérer ce processus désorganisé, si les gouvernements ne s’attachent pas à les encadrer.

Infographie intelligence artificielle

Sources

https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/geopolitique_de_lintelligence_artificielle.pdf

https://www.usinenouvelle.com/editorial/bruxelles-pousse-l-europe-de-l-intelligence-artificielle.N781404

https://theconversation.com/china-is-catching-up-to-the-us-on-artificial-intelligence-research-112119

https://www.nytimes.com/2017/07/20/business/china-artificial-intelligence.html

About Clara JALABERT

Clara JALABERT est étudiante en troisième année à Sciences Po Paris. Passionnée par les relations internationales et l'histoire, elle souhaite poursuivre son parcours dans le journalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *