BP colmate la fuite, Obama prolonge le moratoire sur les forages en mer

Shares

BP avait annoncé une opération incertaine, mais « top kill » semble avoir été un succès que se refuse de commenter la compagnie britannique pour le moment. De la boue a en effet été injectée dans le puits à 1500 mètres de profondeurs. Reste à cimenter le tout. Après 36 jours, le cauchemar pourrait prendre fin, même si le pétrole déversé pollue encore le Golfe du Mexique. La pêche est déjà interdite sur une surface de 140000 km² soit 22% de l’espace maritime américain. Et plus de 160 kilomètres de côtes seraient désormais touchés par la marée noire. Une étude a par ailleurs estimé que cette catastrophe était pire que celle de l’Exxon Valdez qui avait fait naufrage en 1989 au large de l’Alaska : 42 millions de litres de pétroles s’étaient alors répandus. Les estimations les plus basses concernant la marée noire actuelle fait état de 72 millions de litres.

Dans le même temps, Tony Hayward, PDG de BP, a admis sur CNN qu’une « série de défaillances », avait précédé l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon. Il a aussi reconnu que le forage en mer devait désormais se remettre en question. En tous les cas, cela semble confirmer que British Petroleum n’a pas été de tout reproche dans cette affaire, et que des négligences majeures ont participé à cette explosion. Néanmoins l’enquête n’est pas achevée, et il faudra sans doute atteindre plusieurs semaines pour en avoir les conclusions.

De son côté, Obama a continué à mettre en cause BP pour sa gestion et son honnêteté dans la gestion de la catastrophe, et a rappelé la nécessité pour les Etats-Unis de développer de nouvelles sources d’énergies qui pourraient se substituer au pétrole. Dans un communiqué, il a également donné son feu vert pour la construction d’une île artificielle en Louisiane afin d’empêcher le pétrole d’atteindre les côtes, un projet énorme qui mobiliserait plus de 20000 personnes et pas moins de 1300 bateaux. Mais il a surtout annoncé la prolongation du moratoire sur les forages en mer pour six mois. Aux Etats-Unis, le travail de dépollution ne fait que commencer.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *