Médiation papale pour le problème d’accès à la mer bolivien

Shares
La Bolivie, un pays enclavé au coeur du continent sud-américain
La Bolivie, un pays enclavé au coeur du continent sud-américain

Suite au voyage du pape en Amérique latine où il a notamment déclaré que le « dialogue était indispensable » à propos de ce conflit, le Chili et la Bolivie ont déclaré vouloir résoudre le problème qui les oppose concernant l’accès à la mer bolivien.

Le conflit entre les deux pays date de la guerre du Pacifique (1879-1883) où le Chili l’a emporté face au Pérou et à la Bolivie. De ce fait, le Chili a annexé l’unique province maritime bolivienne soit 120 000 km² et 400 kms de côtes ce qui a fait de la Bolivie un pays enclavé au sein du continent sud-américain (le seul avec le Paraguay). L’accès à la mer pour un pays est une chose extrêmement importante puisque la grande majorité du commerce mondial provient du commerce maritime. Un traité entre le Chili et la Bolivie a pourtant été signé le 20 octobre 1904 à Santiago du Chili qui déclare que la Bolivie renonce à ses prétentions sur le littoral. Il s’agit de ce traité, en accord avec les règles internationales de l’époque, que renvoie le Chili à chaque tentative bolivienne pour récupérer un accès à la mer. Malgré ce traité signé, la Bolivie réclame toujours ce droit. Il y a deux ans le dirigeant bolivien a même déposé auprès de la Cour International de Justice une requête afin que cette dernière s’exprime sur ce problème. Cette perte de territoire pour la Bolivie était donc importante et a véritablement touché les Boliviens puisque ce pays s’est construit une véritable identité nationale autour de cette revendication d’un accès à la mer (il y a d’ailleurs chaque année un « jour de la mer » où des défilés sont organisés afin de réclamer au Chili de rendre son territoire perdu).

Un rétablissement des relations diplomatiques

Depuis 1978 les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues. Toutefois une éclaircie dans les relations entre les deux pays est survenue le 10 juillet lorsque le Chili a affirmé qu’il était prêt à rétablir immédiatement les relations avec son voisin, ce qu’a accepté le 29 juillet la Bolivie. Le président bolivien Evo Morales a ainsi affirmé « nous sommes d’accord pour rétablir les relations diplomatiques pour qu’en moins de cinq ans nous résolvions le problème d’accès à la mer pour la Bolivie, une sortie souveraine sur l’océan Pacifique, avec un garant, le pape François ». Il a également invité la présidente chilienne, Michèle Bachelet, de l’accompagner au Vatican pour résoudre ce conflit. La médiation papale va avoir fort à faire pour pouvoir résoudre ce conflit latent entre les deux pays. L’année dernière le Ministre des Affaires Etrangères chilien avait déclaré que l’accès à la mer que réclame la Bolivie était « fermé à jamais ». Une des solutions envisagées pour ce différent entre les deux pays est celle de construire un tunnel sous la cordillère des Andes long de 150 kms qui déboucherait sur une île artificielle bolivienne afin que la Bolivie puisse exporter sa principale ressource qu’est le gaz. Cependant ceci n’est seulement qu’à l’heure actuelle un projet proposé par trois architectes chiliens et celui-ci n’est envisageable que si les relations diplomatiques entre les deux pays sont rétablies. Ainsi le Vatican, fort de son succès entre les Etats-Unis et Cuba, va tenter de faire également renouer les liens diplomatiques entre la Bolivie et le Chili.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.