Dix-septième sommet de l’ASEAN : au milieu des tensions, le lancement d’une communauté économique asiatique ?

Shares

Ce jeudi débute le 17° sommet de l’ASEAN (l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est) à Hanoi, au Vietnam. Au menu : Birmanie, Indonésie, tensions avec la Chine, mais aussi communauté économique. Tous ces sujets de tension ne peuvent d’ores et déjà que retarder le processus de rapprochement entre tous les membres. Le premier ministre vietnamien a beau souhaiter que l’ASEAN+3 (avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud), seule association économique viable d’Asie, soit plus énergique, cela parait actuellement difficile à croire.

Néanmoins, ce sommet devrait permettre d’en savoir un peu plus sur le grand plan de « connectivité » de l’ASEAN, censé représenter la stratégie à long terme de la région, puisqu’il améliorera les relations physiques, institutionnelles entre tous les pays membres. Il s’agit simplement de renforcer les différents moyens de communication afin de réduire les écarts entre membres.

Mais les débats se cristallisent beaucoup en réalité contre la Chine. Celle-ci se montre très nationaliste depuis quelques semaines (conflits avec les marins coréens et japonais), et ne semble toujours pas prête à régler le contentieux maritime qui l’oppose avec ses voisins, au sujet d’un certain nombre de ressources stratégiques du sous-sol. Le Japon souhaite éviter cette mainmise chinoise sur la Mer de Chine méridionale, Japon qui s’est d’ailleurs insurgé récemment contre le quasi-monopole chinois en termes de terres rares (des explications seront livrées à ce sujet prochainement sur notre site).

Quant au cas birman, il semble bien que la prudence soit de mise. Organiser des élections le 7 novembre prochain ne doit pas faire oublier qu’un certain nombre d’opposants sont toujours en prison. Et libérer Mme Suu Kyi après cette élection relève encore une fois d’une  manœuvre politique.  Les conflits monétaires ne devraient pas être oubliés lors de ce sommet, puisque les Etats-Unis y sont notamment conviés ce week-end. « En Asie du Sud-Est, nous sommes à la merci des dérives monétaires » a ainsi déclaré le Secrétaire Général de l’ASEAN. Le spectre de 1997 hante toujours les esprits dans cette région. Attirer les investissements est une chose (une bonne chose, en période de crise), mais encore faut-il que ça ne nuise pas aux exports, par un renforcement généralisé des monnaies.

Tout cela ne fait qu’enterrer (pour le moment) les espoirs d’une ASEAN-puissance. L’ASEAN n’existe véritablement que par la somme des pays qui la composent. Treize ans après sa naissance, l’ASEAN n’est toujours pas une communauté économique en tant que telle. Mais méfions-nous de l’eau qui dort…

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *