Le nucléaire nord-coréen en question

Shares

Le lancement d’une fusée nucléaire nord-coréenne s’est soldé par un échec ce matin. Le satellite s’est désintégré en plein vol moins d’une minute après son décollage. Au-delà des inquiétudes suscitées par l’explosion, ce lancement relance le questionnement autour de la maîtrise de la technologie nucléaire par la Corée du Nord.

C’est un échec fort malvenu au pays de Kim Jong-un. Quelques mois à peine après son intronisation en grande pompe suite au décès de son père Kim Jong-Il, le leader Nord-Coréen  doit faire face à sa première grande déconvenue, d’autant que la date d’aujourd’hui n’avait pas été choisie par hasard. Elle coïncidait avec les manifestations célébrant le centenaire de la naissance de Kim Il-sung, le fondateur de la République populaire et démocratique de Corée (RPDC).  Ce lancement, présenté par Pyongyang comme la mise en orbite d’un satellite de télécommunication, était déjà placé sous haute surveillance par la communauté internationale. En effet, l’annonce officielle, effectuée en mars, était intervenue peu après la conclusion d’un accord d’aide alimentaire entre les Etats-Unis et le gouvernement  nord-coréen en échange de l’arrêt des essais nucléaires.

La réaction de la communauté internationale ne s’est pas fait attendre, le Conseil de Sécurité de l’ONU a tenu une  réunion en urgence.

Les quinze Etats membres ont  déploré la situation et ont par ailleurs affirmé que le Conseil poursuivait ses consultations en vue d’adopter une « réponse appropriée », car Pyongyang agit en dépit d’une résolution de l’ONU qui lui interdit toute activité balistique. Les Etats-Unis ont quant à eux clairement condamné les activités nord-coréennes et annoncé qu’ils suspendaient immédiatement les livraisons d’aide alimentaire. La Corée du Sud et le Japon, dont les territoires sont exposés à des missiles de moyenne portée en provenance de Corée du Nord, avaient déjà pris les devants jeudi en plaçant leurs pays en état d’alerte. Même le voisin chinois, pourtant allié de la RPDC, a appelé  dans une déclaration conjointe avec la Russie et l’Inde, à « un maximum de responsabilité et de retenue”.

Ce lancement a provoqué un regain de tensions dans la zone Asie-Pacifique, mais également au sein de toute la communauté internationale. Il affectera aussi très probablement la situation interne de la Corée du Nord : le gouvernement se doit de réagir vite s’il ne veut pas perdre la confiance aveugle que lui porte son peuple. Et sa cette réponse pourrait prendre la forme de nouveaux essais nucléaires, ce qui augmenterait encore le budget destiné au secteur militaire, dans un pays pourtant au bord de la famine.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *