Première victoire pour l’Etat palestinien

Shares

L’UNESCO a annoncé aujourd’hui qu’elle approuvait  la demande d’adhésion de l’Etat palestinien. Ce vote, qui permet à ce dernier de devenir membre d’une agence de l’ONU marque la première victoire de l’autorité Palestinienne sur la scène politique internationale.

Tous les yeux étaient aujourd’hui tournés vers l’organisation des Nations Unis pour la culture, l’éducation et le patrimoine. En effet, l’approbation de l’adhésion de  l’Etat palestinien constitue un premier pas vers la reconnaissance de la Palestine par la communauté internationale. Les réactions officielles des grandes puissances ne se sont pas fait attendre. Les Etats-Unis, principaux contributeurs de L’UNESCO (ils participent à hauteur de 22% du budget de l’organisation) ont immédiatement annoncé qu’ils condamnaient cette décision et suspendaient leur contribution financière à l’UNESCO.  Déjà, ils avaient menacé de mettre leur véto lorsque Mahmoud Abbas avait déposé officiellement la demande d’adhésion  de l’Etat palestinien à l’ONU.

Bien que  l’UNESCO soit une agence de l’ONU, il n’est pas nécessaire d’être membre de L’ONU à part entière pour entrer dans l’UNESCO. L’Etat palestinien, de par son statut actuel d’observateur en qualité d’entité pouvait ainsi prétendre entrer dans  l’UNESCO. Les  résultats ont été rendus publics en fin de matinée.

 Les 193 Etats membres de l’UNESCO se sont prononcés en faveur de l’adhésion à part entière de l’Etat palestinien (107 voix pour, 14 contre et 52 abstentions parmi les présents).

Si, comme ils l’avaient annoncé, les Etats-Unis ont voté contre, et on été suivis notamment par l’Allemagne et le Canada, la France a quant à elle approuvé la candidature, tandis que le Royaume-Uni et l’Italie s’abstenaient. Les Palestiniens ont ainsi réussi à rassembler la majorité des deux-tiers nécessaire à l’adhésion, grâce au soutien massif des pays arabes, africains et latino-américains.

Les motifs de mécontentements étaient nombreux parmi les opposants, Etats-Unis en tête. Ceux-ci, dès l’annonce des résultats, ont eu des mots très durs à l’encontre de l’Autorité palestinienne, estimant que l’objet même de la demande était inapproprié : selon eux, ce n’est pas du ressort d’une organisation en charge de la culture de venir interférer dans un processus de paix. Ainsi, ce vote aura sûrement  des conséquences  sur la  demande d’adhésion en tant que qu’Etat  à part entière à l’ONU, qui doit être examinée le11 novembre prochain par le conseil de Sécurité.

Les Palestiniens peuvent désormais  présenter au patrimoine mondial de l’Humanité  des sites qui se trouvent actuellement dans les territoires palestiniens occupés par Israël, comme le territoire des patriarches. Une situation qui s’annonce difficile à gérer, au moment même où reprennent les affrontements le long de la frontière israélo-palestinienne.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.