Ces nouveaux acronymes du XXI° siècle – partie 5 :

Shares

Depuis quelques années, les acronymes visant à regrouper différents pays sous un même mot se multiplient. Chaque économiste, revue ou organisme tente ainsi de créer un nouveau groupe et un nouveau nom. Petit récapitulatif :

PIGS puis PIIGS ou encore GIPSY :

Dessin humoristique sur le thème des PIGS
Dessin humoristique sur le thème des PIGS

C’est en 2008 qu’apparaît l’acronyme PIGS (« porcs » en français) sous la plume de différents journalistes, notamment dans le Financial Times ou The Economist, pour désigner quatre pays connaissant d’importantes difficultés économiques suite au début de crise mondiale : le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne (le S désignant l’Espagne, « Spain » en anglais). En 2011, ces quatre pays furent classés par le FMI parmi les 20 derniers pays du monde en termes de croissance de PIB. Cet acronyme a pu être compléter d’un deuxième I désignant l’Italie, le transformant alors en PIIGS.

Face aux détracteurs de l’appellation « PIIGS », très peu distinguée et très négativement connotée, un autre acronyme regroupant ces mêmes pays a été développé : GIPSY (« gitan » en français).

BNP :

L’acronyme BNP apparaît en 2011, créé par Laurent Chalard, docteur en géographie à l’Université Paris IV-Sorbonne et membre du European Centre for International Affairs (ECIA). Dans son article, Laurent Chalard indique que l’acronyme TIMBI oublie trois pays majeurs en termes démographiques, à savoir le Bangladesh (qu’il compare à un futur Pays-Bas asiatique), le Nigéria et le Pakistan. Malgré un PIB très faible, ces trois pays ont, en effet, plus de 150 millions d’habitants, « soit plus que la Russie ou le Japon ». Justement, explique le créateur de cet acronyme, le retard de développement de ces trois pays leur confère le potentiel de croissance le plus important au monde, à condition qu’ils parviennent à « surmonter leurs problèmes internes ». Trop souvent oubliés, ce trio pourrait prendre le relai de la croissance mondiale d’ici le milieu du XXI° siècle.

MANGANESE :

C’est dans le numéro 237 de Les Afriques, publié en 2012, que Cheikhna Bounajim Cissé, banquier malien titulaire d’un MBA de l’Université de Paris Dauphine et de l’IAE de Paris, a créé l’acronyme MANGANESE qui rassemble les économies africaines les plus dynamiques : le Maroc, l’Angola, le Nigeria, le Ghana, l’Algérie, la Namibie, l’Egypte, l’Afrique du Sud (S pour « South Africa ») et l’Ethiopie. Ces neufs pays représentent en effet 70% du PIB du continent africain, et plus de la moitié de la population africaine.

Mais ce groupe a fait l’objet de quelques critiques, notamment du fait de l’absence de pays de l’Afrique francophone…

Accéder aux partie 1, partie 2, partie 3 et partie 4 de notre dossier.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *