Kofi Annan (1938 – 2018) : mort d’un grand humaniste du XXIème siècle - Les Yeux du Monde

Kofi Annan (1938 – 2018) : mort d’un grand humaniste du XXIème siècle

Le 18 août 2018, Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies et Prix Nobel de la paix en 2001, s’est éteint à la suite d’une brève maladie. Retour sur le parcours d’un homme qui a dédié la majeure partie de sa vie à la défense des Droits de l’Homme.

Portrait de Kofi Annan (1938-2018)

Une vie au service de la diplomatie

Durant plusieurs jours, de nombreux hommages ont été rendus à Kofi Annan, décédé le 18 août à l’âge de 80 ans, par les dirigeants du monde entier. Figure incontournable des relations internationales depuis ces quarante dernières années, il était en effet reconnu par beaucoup comme l’un des grands humanistes de notre siècle.

Né en 1938 dans la ville ghanéenne de Kumasi, il a travaillé au cœur de la diplomatie internationale la plus grande partie de sa carrière en intégrant l’Organisation des Nations Unies (ONU) dès 1962. Il occupa, entre autre, le poste de Sous-Secrétaire général entre 1992 et 1993, puis celui de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, jusqu’en 1996, avant de succéder à Boutros-Boutros Ghali au poste Secrétaire général de l’ONU, en 1997. Il sera le premier africain à occuper une telle fonction, qu’il exerça pendant deux mandats consécutifs, jusqu’en 2006.

Son parcours à l’ONU a été marqué par de nombreux accomplissements, mais aussi par plusieurs échecs diplomatiques. Il fut ainsi particulièrement affecté par son impuissance à pouvoir empêcher le génocide Rwandais en 1994, puis le massacre de Srebrenica durant la guerre de Bosnie, en 1995. C’est d’ailleurs ces deux évènements qui le pousseront, par la suite, à mettre en place un vaste plan de rénovation des Nations Unies, dès le début de son premier mandat de Secrétaire général. L’objectif principal de ce dernier était de permettre à l’organisation d’évoluer pour s’adapter aux nouvelles réalités géopolitiques marquées par la fin de la Guerre froide. Dans ce sens, il décida, par exemple, d’augmenter le nombre de Casques bleus présents lors des missions de résolution des conflits, passant de 20 000 à 90 000 soldats mobilisables.

Parmi ses nombreux engagements, il travailla notamment à l’amélioration de la condition de la femme dans la société civile avec la mise en place d’un « Pacte mondial » à destination des grandes entreprises et organisations mondiales. Il a aussi été à l’origine, en 2001, d’un large plan d’action de lutte et de prévention contre l’épidémie du SIDA. Souvent accusé par ses détracteurs de n’être qu’un acteur contraint à la passivité, il n’hésitera pourtant pas à se confronter directement aux grandes puissances, particulièrement en 2003, lorsqu’il s’opposa fermement à l’invasion américaine en Irak, qu’il qualifia d’illégale. Tout son engagement diplomatique sera récompensé, dès 2001, par le Prix Nobel de la paix qu’il partagea avec l’ONU. Son image fut malheureusement ternie, quelques années plus tard, en 2005, lorsque son nom se retrouva mêlé à l’affaire de détournement de fonds du programme onusien « Pétrole contre nourriture ». Bien qu’innocenté quelques années plus tard, Kofi Annan continuera cependant à être associé à ce scandale.

Un engagement continu pour la paix

A la fin de son deuxième mandat, en 2006, l’ancien Secrétaire général poursuivi activement son engagement, tout particulièrement auprès du continent africain avec lequel il a toujours gardé des liens très forts. En ce sens, il créera, en 2007, une fondation à son nom, engagée dans la lutte contre l’évasion fiscale en Afrique et pour l’accompagnement des Etats africains dans la mise en place d’un programme de bonne gouvernance. Par la suite, il deviendra aussi le président de la Fondation de soutien à l’Organisation mondiale contre la torture, et sera envoyé au Kenya, en 2008, en tant que médiateur de l’ONU, pays en proie, à l’époque, à des affrontements politiques sanglants. Sa dernière mission majeure aura lieu en 2012, lorsqu’il fut nommé émissaire conjoint de l’ONU en tant que médiateur dans le conflit Syrien. Cette initiative sera finalement un échec puisqu’il décida de quitter ses fonctions après seulement 5 mois, accusant les grandes puissances engagées dans cette guerre de rendre sa mission impossible au propre bénéfice de leurs intérêts et au détriment du respect du principe de la « responsabilité de protéger » qu’il avait contribué à élaborer.

Kofi Annan était donc un homme qui aura dédié son existence à travailler et à prôner pour « un monde plus libre, plus équitable et plus sûr ».

 

Sources :

https://www.lemonde.fr/afrique/video/2018/08/20/kofi-annan-une-vie-au-service-de-la-paix_5344352_3212.html 

https://www.un.org/sg/fr/content/kofi-annan

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/08/18/mort-de-kofi-annan-ancien-secretaire-general-de-l-onu-et-nobel-de-la-paix_5343801_3382.html 

About Eva Martinelli

Diplômée en Master 2 Relations Internationales spécialité sécurité défense à l'Université de Grenoble. Passionnée par les enjeux géopolitiques de la Péninsule Arabique et travaillant plus particulièrement sur les enjeux du conflit Yéménite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *