L’année 1994 : entre guerres civiles, avènement(s) politique(s) et crise(s) économiques

Shares
Le président rwandais Habyarimana, dont l'assassinat sema plusieurs mois de guerre civile et ethnique
Le président rwandais Habyarimana, dont l’assassinat sema plusieurs mois de guerre civile et ethnique

L’Afrique connaît en 1994 deux soubresauts symboliques de cette décennie 1990. D’un côté, l’assassinat du président rwandais, aujourd’hui toujours non véritablement élucidé, provoque une guerre civile et un génocide. Le pays, historiquement divisé entre les ethnies tutsie et hutue, voit cette dernière entreprendre une politique d’épuration ethnique vis-à-vis des Tutsis, pour ce qui restera comme l’un des génocides les plus sanguinaires de l’histoire. Cette guerre civile fut symbolique de l’état des lieux dans certains pays du continent, puisque le Rwanda dût accueillir des opérations militaires d’appui au maintien de la paix sur son sol, provenant notamment des Nations Unies et de la France. En seulement quatre mois, d’avril à juillet, près d’un million de rwandais sont décédés.

Plus au Sud, c’est un tournant historique qui prend place, avec l’élection au poste de président de la République de Nelson Mandela. Figure politique, emprisonné durant plus de vingt ans, il s’agit du premier président noir élu en Afrique du Sud, mettant ainsi fin à la politique d’apartheid dans le pays. Il reçut la même année le Prix Nobel de la paix et marqua durablement l’histoire du continent.

En Amérique, le Mexique connait consécutivement deux graves crises. Au tout début de l’année, une insurrection prend place dans le Chiapas, menée par les zapatistes, fortement marqués à gauche et voulant défendre le droit des indigènes dans l’un des Etats les plus pauvres du pays. Outre des assassinats politiques, le Mexique connaît en 1994 une grave crise financière. Le pays, lourdement endetté depuis des années, fait l’objet de craintes croissantes de la part d’investisseurs américains. Le pays semble incapable de répondre à ces pressions, si bien qu’une fuite massive des capitaux oblige le gouvernement à dévaluer le peso. Seul un programme d’aide international, mené par le FMI permet au pays de sortir quelque peu la tête de l’eau au prix de conséquences sociales terribles durant les années qui suivirent.

Sur le plan international, la croissance des échanges commerciaux permise par la libéralisation progressive des différents marchés se voit consacrée avec la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (l’OMC). 120 pays adhèrent à cette Organisation censée faire respecter la libre concurrence et un libre accès aux divers marchés de la planète de manière équitable, ce que le GATT, l’ancêtre de l’OMC, n’avait guère réussi à mettre en place depuis sa création.

En bref :

  • Ouverture du tunnel sous la Manche, reliant la France au Royaume-Uni dans le but d’accélérer les interactions entre les deux pays
  • Guerre civile au Yémen, menée par les séparatistes du Sud contre les unionistes du nord du pays, marquée par la victoire de ces derniers et unification du pays divisé durant la Guerre Froide
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.