Podemos : nouvel espoir du peuple espagnol ?
Home / Actualité / Actualités analysées / Podemos : nouvel espoir du peuple espagnol ?

Podemos : nouvel espoir du peuple espagnol ?

 
Le leader du parti politique grec Syriza Alexis Tsipras et Pablo Iglesias Turrion, président du parti espagnol Podemos.
Le leader du parti politique grec Syriza Alexis Tsipras et Pablo Iglesias Turrion, président du parti espagnol Podemos.

« Nous pouvons ». Tel est le nom du nouveau parti politique phare en Espagne, issu du mouvement désormais célèbre des « Indignés ». Leur dernière « Marche pour le changement », organisée le 31 janvier, a réuni plus de 150 000 personnes. Analyse d’un phénomène.

Un succès inattendu sur la scène politique espagnole

L’année 2015 est une période électorale décisive pour l’Espagne. Elections locales, régionales, puis législatives vont permettre aux citoyens de s’exprimer sur la crise économique que subit le pays depuis 4 ans. Et cela pourrait bien se faire au profit d’un nouvel acteur, sur qui personne ne comptait. Le parti politique Podemos a été crée en janvier 2014 et sa philosophie est basée sur la notion d’indignation, et plus précisément sur un manifeste publié il y a un an intitulé  » Prendre les choses en main : convertir l’indignation en changement politique « . Seulement 2 mois après sa création et dans le cadre des élections européennes de 2014, Podemos a crée la surprise en arrivant en 4ème position en Espagne, remportant ainsi 5 sièges dans le nouveau Parlement européen.

Ce nouveau phénomène inquiète ses concurrents politiques, au point que la présidente socialiste de l’Andalousie a annoncé lundi des élections anticipées le 22 mars, afin de prendre de court Podemos. Largement orienté à gauche, le parti ne prône pourtant pas des idées radicales sur des sujets qui intéressent les espagnols. Son Président, Pablo Iglesias Turrión, se déclare opposé à l’indépendance de la Catalogne, mais affirme être favorable au droit à l’autodétermination pour les Catalans et les Basques. Malgré l’engouement, la création d’un tel parti serait en réalité, outre un message d’espoir pour ses partisans, un signe de détresse sociale, ses fondateurs eux-mêmes reconnaissant, que « sans la crise, Podemos n’existerait pas ».

Un parti qui doit encore faire ses preuves

Alors qu’ils basent leur stratégie politique sur un combat contre la corruption et en faveur de plus de transparence, le numéro 3 du parti, Juan Carlos Monedero est frappé par un scandale l’accusant d’avoir perçu 425 000 euros de la banque de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA). De telles allégations confirmeraient les accusations de partis adverses tels que le PSOE et le PP d’une « cubanisation » éventuelle du pays en cas de victoire de Podemos, les fondateurs ayant eu des liens étroits avec certains Etats communistes comme le Venezuela ou Cuba. Le principal concerné s’en défend et dénonce une « chasse aux sorcières ».

Par ailleurs, les fondateurs du parti rêvent d’un destin similaire à celui de Syriza en Grèce, et ne cessent de marquer leurs ressemblances avec le nouveau gouvernement d’Athènes. Son programme insiste ainsi, tout comme Syriza, sur la lutte contre les inégalités, la fin de l’austérité et la restructuration négociée de la dette publique qui s’élève à 98,6% du PIB espagnol. Ils proposent également les 35h, la retraite à 65 ans ainsi qu’une augmentation du salaire minimum.

Cependant, les récentes négociations entre la Grèce et l’Europe, qui ont débouché lundi 24 février sur des concessions de la part de Syriza sur son projet politique initial, risquent de créer une certaine suspicion chez les électeurs espagnols, qui pourraient redouter le non respect de Podemos d’un programme jugé par de nombreux commentateurs comme illusoire au vu de la situation économique actuelle.

About Marjorie GUIBERT

Etudiante en droit international, elle est rédactrice pour les Yeux du Monde depuis juillet 2014.

Check Also

Le sommet de Singapour, point de départ de relations normalisées entre les États-Unis et Corée du Nord ? 1/2

 Après des mois d’escalade et de désescalade autour de la péninsule coréenne, de sommets prévus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.