Actualisation stratégique 2021, que dit le nouveau document d’analyse géopolitique du ministère des Armées ?

Shares
Florence Parly, ministre des armées
Florence Parly, ministre des armées

La ministre des Armées, Florence Parly, a mis à jour l’analyse du contexte stratégique français en janvier 2021. Alors que  la dernière doctrine “la Revue stratégique” datait de 2017, cette actualisation permet de réévaluer les nouvelles menaces géopolitiques attendues pour les prochaines années et les risques auxquels la France peut être confrontée. Si la crise de la Covid-19 a eu des répercussions sur tous les champs de l’espace mondial, il en a eu également sur les nouvelles analyses géopolitiques.[1]

Reconnaissance de la stratégie hybride, adaptation aux nouveaux défis

L’Actualisation stratégique, séparée en deux parties, s’avance tout d’abord vers la réaffirmation des menaces actuelles. Parmi elles, la Russie et la Chine. Elle aborde également le recours aux stratégies hybrides, définies comme « une extension des champs de confrontations ». Comprenant notamment la nouvelle conflictualité liée au cyber mais également au champ spatial[2], la guerre hybride use de combinaisons de « modes d’actions militaires et non militaires, directs ou indirects, légaux ou illégaux ». Le droit international, par exemple, peut-être un mode d’action légal à la fois direct et indirect utilisé directement dans des manœuvres géopolitiques[3].

Les problématiques liées au cyber revêtent une importance particulière notamment depuis la création d’un commandement de cyberdéfense de 2017. Celle-ci est conduite par une doctrine censée protéger des attaques extérieures.[4] Quant au spatial, un triple objectif est mentionné : pour « garantir l’utilisation pacifique et responsable de l’espace, nous adapter aux potentialités et aux risques liés à la banalisation de l’accès à l’espace (« New Space »), et répondre à la compétition stratégique accrue entre acteurs spatiaux, qui conduit à une forme d’arsenalisation de ce milieu. »

L’Actualisation stratégique souhaiterait mettre en place une « véritable capacité européenne d’action » afin d’affirmer son indépendance face à l’OTAN, et d’accroître la souveraineté nationale des différents pays membres de l’Union et de l’OTAN « via un outil de défense complet moderne et cohérent ». Le ministère des Armées rappelle la capacité nucléaire française qui serait, selon le Président de la république, la « clef de voûte de notre sécurité » afin de prévenir les guerres majeurs par le biais de la dissuasion. Le rappel est fait sous l’angle européen, les « intérêts vitaux de la France [ayant] désormais une dimension européenne ».

Modernisation de l’analyse géopolitique mondiale

Dans sa nouvelle analyse géopolitique, l’Actualisation stratégique vient mentionner la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine. Elle pose également la question de la place de l’Union européenne dans cette opposition. Cet enjeu comprend un certain degré d’importance, dont la problématique est souvent mise en avant[5] au travers des différents think tanks. Par une tendance à la décroissance des actions multilatérales et l’accroissement des arrangements bilatéraux, les risques d’escalade tendent vers une « déconstruction de l’ordre international ». A cet effet, le risque d’un « déclassement stratégique » de la France et des économies européennes en général, du fait de leur tendance à l’abaissement du budget lié à la défense, serait ponctué « d’un coup fatal à leur capacité d’action collective ». La crise de la Covid-19 a mis également en avant les risques liés à la mondialisation et surtout la dépendance de l’économie européenne des pays producteurs industriels comme la Chine.

Comment comprendre le but de l’Actualisation stratégique

La nouvelle doctrine cherche à sensibiliser à l’accroissement des menaces mondiales notamment par la tendance à une évolution générale des budgets liés à la défense dans le monde, en comparaison à celui de la France qui ne cesse de baisser. Dans sa partie dédiée aux « ambitions 2030 : poursuivre la remontée en puissance », l’Actualisation stratégique mentionne que « l’hypothèse d’un affrontement direct entre grandes puissances ne peut plus être ignorée ». C’est donc dans la préparation de scénarios liés à un risque direct remettant en cause la sécurité de la France, ou sa souveraineté dans son autonomie d’appréciation et dé décision, que l’Actualisation stratégique forme une doctrine de développement d’autonomie stratégique concentrée vers une indépendance militaire à la fois nationale et européenne.

[1] https://www.iris-france.org/154730-actualisation-strategique-2021-du-ministere-des-armees-que-retenir/

[2] https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/10/la-france-realise-son-premier-exercice-militaire-spatial_6072575_3210.html

[3] Susan W. Tiefenbrun, Semiotic Definition of Lawfare, 43 Case W. Res. J. Int’l L. 29 (2010)

[4] « Revue stratégique de Cyberdéfense », janvier 2018

[5] Politique étrangère, The future of Europe in the context of Sino-American competition, Ifri

Shares

Kylian TOURLONIAS

Diplômé d'un master de droit international ; A pour vocation à s'expandre sur l'influence et l'instrumentalisation du droit international en parallèle de l'actualité, afin de pouvoir comprendre dans le fond les rapports internationaux, et leurs limites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre de préférences de confidentialité

    Necessary

    Advertising

    Analytics

    Other