Le grand ménage de l’Ouganda : la chasse au terrorisme et à la corruption est déclarée

Shares

Quelques jours à peine après la résurgence d’affaires de corruption dans le pays, l’heure est à nouveau à l’événement en Ouganda : ainsi Barack Obama a t-il signifié hier l’envoi de plusieurs troupes américaines dans la région afin de renforcer la lutte actuelle contre la LRA – Armée de Résistance du Seigneur – , un mouvement rebelle et chrétien très actif figurant parmi les guérillas les plus violentes au monde ; un geste dont les organisations internationales de défense des droits de l’homme se sont d’ores et déjà dites félicitées.

La nouvelle est pour le moins surprenante : en effet depuis le fameux mois d’octobre 1993, date à laquelle près de 19 soldats américains avaient trouvé la mort en Somalie lors de la bataille de Mogadiscio menée dans le cadre de l’opération « Restore Hope » débutée un an plus tôt, les États-Unis se sont toujours attachés à maintenir leurs intérêts hors du continent africain; tout juste le pays s’était-il aventuré en août 2003 à envoyer une expédition de 200 marines au Liberia suite à la fuite du seigneur de guerre Charles Ghankay Taylor hors de la région. Hier, quelle ne fut donc pas la surprise des commentateurs américains lorsque Barack Obama annonça, dans le cadre du R2P, le principe de responsabilité de la communauté internationale à protéger les populations civiles du monde entier contre les génocides, nettoyages ethniques, crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité, le déploiement d’une centaine de conseillers militaires en Ouganda. Leur mission? Bien que ceux-ci n’affronteront pas directement la LRA, leur tâche sera de conseiller les forces régionales dans le respect continu d’un triple objectif : renseignement, conseil et assistance.

Car en dépit de la durée – l’affrontement dure depuis 1986 – , le conflit entre le mouvement rebelle et le gouvernement ougandais se poursuit encore aujourd’hui : malgré l’adoption de nombreux accords entre les deux parties, dont un accord de cessation des hostilités signé en août 2006, la situation peine à se débloquer dans la région; et pour cause :

Joseph Kony, actuel dirigeant de la LRA semble désormais vouloir se soustraire à tout accord final de paix, et donc à une quelconque forme de justice. C’est face à ce refus que l’Ouganda a lancé en décembre 2008, l’opération « Lightning Thunder » contre les bases de la LRA de la région.

Avec plus de 800 assassinats et 100 000 personnes déplacées, les représailles de la LRA ont été terribles.

Grâce à l’aide américaine, l’Ouganda espère donc bien capturer Joseph Kony, et ainsi mettre fin au conflit qui ronge le pays depuis plus de vingt ans; faisant suite aux affaires de corruption ayant frappé la contrée il y de ça quelques jours, affaires soldées par l’inculpation de trois hauts-fonctionnaires ougandais dont l’actuel ministre des Affaires étrangères ougandais Sam Kutesa, cette nouvelle aide annonce par ailleurs le début d’un nouveau plan dans le pays : celui du grand ménage.

Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *