L’année 1967 : de la troisième guerre israélo-palestinienne à la guerre du Biafra

Shares

Alors que les conflits nationaux se multiplient en cette année 1967, la Guerre des Six Jours vient rappeler que les tensions au Proche-Orient persistent. De son côté, de Gaulle use et abuse de son autorité pour faire barrage aux Britanniques.

La Une de l'Est républicain, le 6 juin 1967
La Une de l’Est républicain, le 6 juin 1967

En Afrique, les conflits sont nombreux et de natures variées. Les coups d’Etat, tout d’abord, sont nombreux : au Togo, mais aussi en Sierra Leone ou encore au Bénin. Au Sahara occidental, un front précurseur du Polisario se crée afin de lutter en vue d’une indépendance. En Namibie, la South-West African People’s Organisation (SWAPO) initie un mouvement de guérilla à l’encontre de l’Afrique du Sud, ce qui lui permettra d’obtenir l’indépendance en 1990. Plus grave, la guerre du Biafra éclate au Nigeria suite à la déclaration d’indépendance des Ibo : ce conflit de trois ans entrainera la mort de plus d’un million de personnes.

Aux Etats-Unis, la tension monte sous l’impulsion des populations noires dont les revendications sociales se font entendre via la multiplication d’émeutes à travers le pays. Si Johnson tente d’y répondre, son gouvernement est confronté aux fortes critiques concernant la guerre du Viêt Nam, au coût astronomique et aux pertes humaines très conséquentes.
Malgré une certaine instabilité (guerre du Viêt Nam, troubles liés au début du naxalisme en Inde, révoltes au Cambodge, transmission des pouvoirs entre Soekarno et Sohearto en Indonésie, etc.), l’Asie initie un début de coopération via la création de l’Association des Nations du Sud-Est Asiatique (ASEAN) réunissant alors l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thailande.

Plus à l’Ouest, au Proche-Orient, la troisième guerre israélo-arabe (ou « Guerre des Six Jours ») éclate au mois de Juin. Israël décide de lancer une attaque préventive après plusieurs semaines de tension qui ont notamment vu l’Egypte bloqué les navires israéliens au détroit de Tiran. Israël conquiert alors, en quelques jours et aux dépens de l’Egypte, de la Syrie et de la Jordanie, une partie du Golan, la Cisjordanie, la bande de Gaza et le Sinaï. En échange du retrait des troupes égyptiennes du Yémen, où sévit une guerre civile, Nasser et l’Egypte obtiennent un front uni des pays arabes à l’encontre d’Israël.

Onze ans après l’affront fait à la France et à la Grande-Bretagne lors de la crise de Suez en 1956, l’Europe, dont le poids sur l’échiquier géopolitique décline, se concentre sur sa propre construction. Ainsi, le traité de fusion réunit au 1er juillet la CECA, la CEE et Euratom pour former la Communauté Européenne (CE). Mais de Gaulle, qui parle alors en cette année 1967 de l’Europe « de l’Atlantique à l’Oural » s’oppose une fois de plus au Royaume-Uni et utilise le veto français afin de ne pas le voir intégrer la CEE, prononçant ainsi ces quelques mots devenus célèbres : « l’Angleterre, je la veux nue ! ».

En bref :

  • Fin du Kennedy Round (1964 – 1967) dans le cadre du GATT qui débouche sur une baisse des tarifs douaniers d’environ 35%.
  • Création de la Communauté est-africaine (Kenya, Ouganda, Tanzanie).
  • Exposition universelle à Montréal (50 millions de visiteurs) : De Gaulle prononce la fameuse phrase « Vive le Québec libre ! ».
  • Les Aborigènes obtiennent le droit de vote en Australie.
  • En Grèce, coup d’Etat militaire propulsant l’armée au pouvoir jusqu’en 1974.
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.