L’alunissage de Chang’e 4, une prouesse aux dessous troubles - Les Yeux du Monde

L’alunissage de Chang’e 4, une prouesse aux dessous troubles

Pour la première fois dans l’histoire de l’exploration spatiale, le 2 janvier 2019, un rover a été posé sur la face cachée de la lune, dans le profond cratère de Von Kármán. Cette mission fait suite à l’alunissage du rover Yutu en 2013, et annonce la mise en place d’une mission habitée prévue pour la fin de la prochaine décennie. L’exploit, s’il peut permettre d’espérer un approfondissement de la connaissance de la lune, possède également une coloration très politique.

Premières photos du lieu d'alunissage de Chang'e 4
Premières photos du lieu d’alunissage de Chang’e 4

Après le succès de l’alunissage de Chang’e 4 [du nom de la déesse 嫦娥 qui se serait réfugié sur la lune], l’agence de presse officielle Xinhua a notamment titré: « Le monde entier discute passionnément de l’alunissage de Chang’e sur la face cachée de la lune[1] ». L’organe de presse militaire principal du pays annonce, lui, que « Le monde entier attend le retour des données de Chang’e 4 [2]». Quant au site Soho, moins formel, on y lit le titre suivant : « Les occidentaux disent : la puissance que montre la Chine atteste son statut de superpuissance »[3]. Comme souvent en Chine, le traitement médiatique renseigne sur le but de l’opération, et cette opération semble plutôt destinée à livrer un message international. La Chine est une superpuissance capable de rivaliser dans le domaine de compétition de l’avenir : l’espace. En réponse au projet américain d’envoi d’envoyer des astronautes sur Mars en passant par la lune (courant 2030), la Chine prévoit l’installation d’une base-tremplin depuis la lune vers la planète rouge…et prouve qu’elle en bon chemin.

Chang’e 4: une nouvelle pierre à l’édifice militaire chinoise dans l’espace

D’abord, il est fort à parier que le nouveau rover posé sur la face cachée de la lune bénéficie d’une vaste promotion auprès de la population, au même titre que son prédécesseur Yutu 玉兔. Ce dernier, représenté par un lapin, dispose d’un compte Weibo populaire, où sont postées les photos prises de la lune et où, depuis quelques jours, des milliers d’utilisateurs écrivent : « lapin Yu, de la famille arrive pour toi ! [玉兔,家里来人了] ». Ce totem monté en épingle par la presse contribue, comme d’autres, à entretenir l’engouement patriotique, encouragé par Xi Jinping depuis 2013.

Ensuite, Chang’e 4 va identifier les ressources environnantes, et le gouvernement chinois espère trouver du pétrole. Cette manne ouvrirait la voie pour cette base-tremplin vers la planète rouge. Dans tous les cas, l’action du rover sur la face cachée de la lune permettra d’identifier les minerais présents en vue de leur exploitation future, une question de plus en plus actuelle dans les pays développés, comme en témoigne encore récemment l’étude du cabinet PwC, commandée par le Luxembourg.

Exposition à Pékin représentant des astronautes chinois sur la lune, en 2000
Exposition à Pékin, en 2000, représentant des astronautes chinois sur la lune.

Ce succès ouvre surtout des perspectives militaires. Pensés dans les années 70, les traités qui régissent les interactions humaines dans l’espace cachent mal leur obsolescence. Les nouvelles technologies militaires largement développées par l’armée chinoise, comme les cyberattaques, les armes laser, les missiles sol-satellites ne sont pas couvertes par les conventions sur l’espace en vigueur. Partant, une base lunaire menacerait les satellites de défense américain par le revers[4]. Sur ce point, Malcolm Davis, analyste à l’Australian Strategic Policy Institut, avertit : « Le gouvernement chinois compare la Lune à Taïwan, et la mer d’astéroïde à la mer de Chine septentrionale » [c’est-à-dire une constellation d’îlot qu’il s’agit d’occuper pour neutraliser les pays limitrophes]. Autrement dit, il s’agit pour la Chine d’entourer le système spatial de protection américain pour s’assurer l’avantage en cas de conflit.

La Chine et les Etats-Unis n’évaluent pas la course à l’espace sur la même échelle temporelle

L’alunissage de Chang’e 4 vise donc à renforcer la crédibilité de la Chine à l’international, affermir le nationalisme chinois, et préparer le terrain potentiel pour une base lunaire habitée, véritable avant-poste militaire. Sur une échelle plus large, Chang’e 4 est une avancée pour le programme spatial chinois, qui échelonne ses objectifs sur des décennies, sans condition de rentabilité financière.

Cette absence de préoccupations proprement financières distingue peut-être la Chine des Etats-Unis. Ces derniers justifient notamment leurs dépenses spatiales par la perspective d’un tourisme lucratif ou de l’exploitation de minerais.  Clive Neal, expert des questions lunaires de l’université de Notre Dame, conclut ainsi: « La Chine pense en décennies, les Etats-Unis en termes de mandats présidentiels »

Néanmoins, malgré les efforts chinois, les Etats-Unis demeurent la principale puissance spatiale et le resteront encore longtemps: le budget spatial américain est de 48 milliards, contre 8.4 pour la Chine (chiffres de l’OCDE 2017).

——-

[1] 国际舆论热议嫦娥四号探测器成功着陆月球背面 http://www.xinhuanet.com/world/2019-01/05/c_1210030698.htm

[2]全球期待中国嫦娥四号发回数据 https://mil.news.sina.com.cn/china/2019-01-07/doc-ihqfskcn4708669.shtml

[3]西方人:中国展现的实力,证明是个超级大国 http://www.sohu.com/a/282885410_260086

[4] http://www.thedrive.com/the-war-zone/24287/chinas-lunar-satellites-could-stab-u-s-early-warning-satellites-in-the-back

Sources autres: South China Morning Post & Futurascience

Notamment: La NASA vise Mars: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-nasa-veut-envoyer-hommes-mars-via-lune-54021/

About Noe Hirsch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *